#Publication

Passport, Catalogue irraisonnable Vol. 3

Passport est un livre de portraits de migrants vivant à Paris. Chaque portrait est illustré par des textes poétiques d'Atiq Rahimi.

plus d'info
Le troisième numéro de la série des Catalogues irraisonnables est sorti chez Steidl. D'ailleurs "D’ailleurs, au premier coup d’œil – alors que peu physionomiste : il m’arrivait, enfant, de croiser mon père dans la rue et de ne pas le voir – je reconnais comme de mon sang ces hommes aux milliers de kilomètres parcourus, soudain place de la République, ou groupés près de la gare de l’Est, et le long du canal Saint-Martin, regard vers l’horizon." François-Marie Banier

01 février 2020

Battlefields, Catalogue irraisonnable Vol. 2

Dans ce livre sont rassemblées des photographies prises sur une période de plus de vingt ans, lors des Gay Prides de plusieurs capitales : Paris, Londres, Bruxelles, Rome et New York.

plus d'info
François-Marie Banier est très heureux d’annoncer la sortie de son livre Battlefields, Catalogue irraisonnable Vol. 2 publié chez Steidl.   Battlefields Ma feuille de route : la route de tout son long entre villes, champs, jambes, leurres, fumées du ciel, rayons du soleil, gesticulations, Gay Prides où lueurs de l’âme, du corps, des cœurs transpercent transes et raideurs des imageries du monde. Les gays, pour dire très vite hommes et femmes, autrefois homme ou femme, dépassez les genres, je n’y ai jamais prêté attention jusqu’à la maladie appelée AIDS puis SIDA qui au regard de la mortalité à venir m’a cloué de chagrin. Ils mourraient les uns, les unes après les autres. Guerre d’un virus insaisissable, démoniaque. […] Extrait du texte de François-Marie Banier

Dreamers, Catalogue irraisonnable Vol. 1

Cet ouvrage, dont Erri De Luca a écrit le texte, regroupe une série de photographies en noir et blanc d’ouvriers au repos sur leur chantier de construction au Maroc.

plus d'info
François-Marie Banier est très heureux d'annoncer la sortie de son livre Dreamers, Catalogue irraisonnable Vol. 1 publié chez Steidl.   Me voici Pendant vingt ans j’ai été ouvrier. Mon corps s’est modifié en s’adaptant, mes mains élargies, mon échine endurcie. Mais la transformation majeure a consisté à faire face aux dangers. Les faits divers relatent chaque jour la mort d’ouvriers au travail. Chaque année on en compte plus de mille, sans compter les innombrables blessés et mutilés. On les appelle accidents, ce qui n’est vrai d’aucun. Ils résultent des risques affrontés à chaque heure du jour, des échafaudages les plus hauts aux puits de mine les plus profonds. […] Extrait du texte d’Erri de Luca