Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier
Written photos - François-Marie Banier

Written photos

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition Written photos à la Villa Oppenheim à Berlin, organisée par Dieter Appelt & Matthias Niehoff du 28 septembre au 25 novembre 2007


Homo pictor – Homo narrator

Des signes sur la peau

Il est révélateur qu’une des premières photographies sur laquelle François-Marie Banier a écrit, Saint-Pétersbourg, 1991, lui paraissait « insignifiante » :  « Rien ne ressemble plus à un paysage de neige qu’un autre paysage de neige ». Écrire pour donner aux surfaces et aux espaces blancs une autre forme. Le texte commence par une réflexion sur le motif de l’image : ici trois piquets dans la neige, attachés ensemble. Imperceptiblement les pensées de l’auteur s’acheminent vers le souvenir d’une vie à trois, d’un bonheur d’une brève période qui nous est seulement suggéré. Les mots tracés provoquent une mutation fondamentale de l’objet de la photo : l’écriture en s’étirant sur la neige rompt son uniformité et lui imprime certains rythmes. Le contenu du texte donne à ces trois piquets une signification qui pourrait être interprétée comme une allégorie de l’acte même de création artistique : la matière inanimée naît à la vie, l’imagination, par imprégnation, rend signifiant l’objet « insignifiant » et l’érige en métaphore. Écrire pour réinventer la photographie. […]

Extrait du texte Homo pictor – Homo narrator de Martin Hentschel

 

Principe, fonction, forme et réalité subjective dans les photographies de François-Marie Banier

En écrivant à l’encre noire et blanche sur ses photographies de grand format, François-Marie Banier y déploie deux éléments de créativité, exaltant sa recherche. La forme d’origine reste visible, même si des lignes d’écriture viennent s’y répandre, éclaircissant les zones d’ombres par la superposition de lettres tracées en blanc. Les zones claires sont remplies de blocs entiers, écrits serrés à l’encre noire, évoquant les nomenclatures de structures symboliques. Le regard ne s’abîme pas d’emblée dans la fascination qu’exercent ces expérimentations pleines de malice, inhérentes à la rencontre de deux médias. L’influence de l’écrit s’exerçant ici sur le champ délimité de la photographie, l’écriture littéraire devient un processus auto-référentiel. Dans cette métamorphose, d’un point de vue objectif, la photographie continue de jouer un rôle éminent, en dépit de l’effet renforcé du texte dans l’image. Une fois entrée en lice, la « rivale » de l’image qu’est l’écriture n’est peut-être pas vraiment censée transmettre de message. Tout relève d’une méthode visuelle de cut-up. […]

Extrait du texte Principe, fonction, forme et réalité subjective dans les photographies de François-Marie Banier de Dieter Appelt

Villa Oppenheim, Berlin

2007
79 pages
Illustrations n&b
27 x 33 cm
Allemand, anglais, français

ISBN 978-3-9809275-1-0





Vues d'exposition

Written photos - François-Marie Banier