Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier
Perdre la tête - François-Marie Banier

Perdre la tête

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition Perdre la tête qui s’est déroulée à l’Académie de France à Rome, Villa Médicis, du 26 octobre 2005 au 9 janvier 2006.
Cette exposition a aussi été présentée à Nice au Théâtre de la photographie et de l’image du 8 juin au 26 août 2006 puis à Moscou, au Grand Manège, du 13 avril au 16 mai 2007.

Die Shönsten deutschen Büchern 2006 / Prix du meilleur livre allemand 2006

Couronne d’Argent du Festival « La mode et le style » 2007, Moscou, pour l’exposition Perdre la tête au Grand Manège


Parfois, je mets sur mes yeux des compresses imbibées de camomille pour calmer une brûlure. Sous mes paupières glissent des initiales de lettres, des visages, des pays, des vers de poètes absents, des profils de montagnes. Sous les compresses, la vue continue, comme la douleur d’un pied amputé qui s’obstine à faire mal.

Je feuillette les étapes du voyage de François-Marie Banier et je retrouve le même paysage de visions, mais libérées du bandeau et déposées sur la pellicule. […]

Extrait du texte Contre le mur, d’Erri de Luca

 

Il faudrait pouvoir faire un film à partir des photos de François-Marie, on reprendrait les mêmes personnes que celles qu’il photographie, on les ferait travailler, on cadrerait comme lui, un peu comme au cinéma dans le fond, des plans où on aurait toujours un peu envie de savoir ce qu’il y a à côté. Mais ce serait un film impossible, car il faudrait avoir son aplomb, sa muflerie, son apparente insensibilité face aux êtres qu’il photographie. Une muflerie tendre et affectueuse pourtant : ses photos lui ressemblent, dures sans doute, mais venant toutes d’un esprit enfantin et profond, colérique et révolté. Elles s’énervent de voir le monde tel qu’il est mais elles l’aiment follement. Elles aiment regarder ce monde et les êtres – tous les corps – qu’on y croise. Et elles sont énergiques. Il y a là comme un refus de capituler : même dans la déchéance, la vieillesse est énergique et vivace. […]

Extrait du texte Blessure de Patrice Chéreau

Steidl, Göttingen

2005
252 pages
Illustrations n&b
25 cm
Français, Anglais, Italien

ISBN 3-86521-234-4

Autre édition : Gallimard, Paris
ISBN 2-07-011847-9



Acheter le livre

Vues d'exposition

Perdre la tête - François-Marie Banier