François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier
François-Marie Banier - François-Marie Banier

François-Marie Banier

Ce catalogue à été publié à l’occasion de l’exposition François-Marie Banier au Tokyo Metropolitan Museum of Photography et Metropolitan Foundation for History and Culture à Tokyo, organisée par Asahi Shimbun du 9 septembre au 8 octobre 2000.


Les tempéraments naturels dans la photographie

J’ai beau savoir que Banier est photographe, curieusement, je ne parviens pas à me le représenter braquant son appareil sur l’objet à photographier comme le font les autres. Il m’est pourtant arrivé de me trouver à ses côtés alors qu’il avait son appareil en main, mais j’ai toujours oublié que le dispositif placé à la hauteur de ses yeux était un produit de la technologie contemporaine pour y voir une sorte d’instrument de musique étrange qu’il aurait confectionné de ses mains.

Extrait du texte Les tempéraments naturels dans la photographie par Shinichi Nakazawa

 

Un être Libre

à Buenos Aires, le matin où j’ai parcouru, aux côtés de Banier, son exposition au Centre Culturel de La Recoleta, j’ai éprouvé la même sensation que le jour où j’ai fait sa connaissance, qui s’est reproduite ensuite lors de nos conversations successives. Comme disait André Gide, savoir se libérer n’est rien, c’est savoir être libre qui est ardu. […]

Extrait du texte Un être libre d’Ernesto Sabato

 

Un classique de la modernité

« Les enfants qui naissent la nuit voient le jour comme les autres. » Francis PICABIA

C’est sur le socle de la sincérité que s’érige depuis bientôt trente ans, hors des écoles et des tendances admises, l’oeuvre admirable et singulière de François-Marie Banier qui comme Eugène Atget, E.J. Bellocq ou Jacques-Henri Lartigue, a longtemps créé en solitaire et dans l’ombre, sans souci ni envie de montrer ses photographies, en les prenant seulement pour lui-même et en alternant avec un bonheur égal l’attrait pour les plus grands artistes et l’intérêt ému porté aux gens humbles. […]

Extrait du texte Un classique de la modernité par Patrick Roegiers

Tokyo Metropolitan Museum of Photography, Tokyo Metropolitan Foundation for History and Culture, Tokyo

2000

Illustrations en n&b et couleur
34 cm
Français, anglais, japonais





Vues d'exposition

François-Marie Banier - François-Marie Banier