Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier
Private Heroes - François-Marie Banier

Private Heroes

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition Private Heroes qui s’est déroulée à Stuttgart au Württembergischer Kunstverein du 27 novembre 1998 au 17 janvier 1999


François-Marie Banie – La condition humaine

« Les photographies ont une qualité autre, plus sombre, qui leur est propre – l’image photographique est en fait plus ombre que lumière. Elle rend quelque chose de la substance de l’être humain, de son rayonnement, elle est empreinte de celui-ci. Dans ce sens elle a une parenté avec l’écriture. »
Ernst Jünger[1]

Distance et proximité : la photographie, récit et monument à la fois

Un jeune dieu, en plein embouteillage sur un boulevard parisien. On ne sait pas très bien comment il est venu à cet endroit et où il veut aller. La question, en fait, ne se pose pas. Il emplit tellement l’espace que l’on pourrait croire que sa présence est à l’origine de l’immobilité des voitures. La scène est d’autant plus singulière que personne apparemment, à part l’objectif, ne prend note de cette apparition. Inversement, cette figure de lumière n’est aucunement touchée par le trafic urbain qui se répand autour de lui : le regard fixé sur un lointain indéfini, elle se soustrait au présent immédiat dont elle est en même temps la source. Nous sommes en 1998, l’été de la coupe du monde en France. Le blanc du drapeau illumine le visage du protagoniste. Sa personne respire la splendeur de la victoire : identification totale avec Zidane, le héros du foot, dont le nom est écrit sur sa poitrine nue. C’est pourquoi le personnage est tout aussi présent qu’absent. François-Marie Banier a saisi une situation dans laquelle se décharge en un unique moment cathartique tout l’effort de ces semaines de compétition, effort qui s’est emparé des acteurs tout comme des spectateurs. Le passionné de foot fait son apparition devant nous, il est catharsis en personne, et plus nous observons la photographie, plus nous sommes partie intégrante de cet instant de bonheur qui ne connaît ni passé ni avenir. Les photographies de Banier savent nous émouvoir. […]

Extrait du texte François-Marie Banier – La condition humaine de Martin Hentschel

 

Le déclic

C’est bien avant ma naissance que la gesticulation a commencé, il y avait obligation de vivre, et les rires et les larmes, et le manège autour de ce petit monde maladroit qui me prenait dans ces bras le trouvant, à voix haute, joli ce bambin, très ressemblant ce visage de plus, graine d’émotion, machine infernale qui allait grandir, monstrueusement se développer, rapport à la petite bête qui se débattait encore, et selon la logique des jours, ira les enterrer tous avant d’y passer « soi-même ». […]

Extrait du texte Le déclic de François-Marie Banier

Cantz, Ostfildern

1998
218 pages
illustrations n&b et couleur
32 cm
Allemand et Français

ISBN 3-89322-507-2





Vues d'exposition

Private Heroes - François-Marie Banier