François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier
François-Marie banier - François-Marie Banier

François-Marie Banier

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition François-Marie Banier à la Triennale di Milano & Fondazione Mudima à Milan du 6 mai au 30 juillet 2000.


François-Marie Banier est un artiste qui a photographié, avec une rare intensité, la vie dans toute la plénitude de sa beauté comme dans la mélancolie de sa décadence à travers le corps et le visage de personnages qu’il a choisi ou qu’il a rencontré fortuitement.

Nous ne nous étions jamais rencontrés. Je connaissais son travail par les livres et les catalogues de ses expositions.

Lors d’une première et brève rencontre à Milan, il nous vint à l’idée, tout naturellement et spontanément, d’élargir le projet original : une exposition de ses œuvres photographiques à la Triennale, et une exposition, à la Fondation Mudima, mettant l’accent sur l’œuvre picturale, à laquelle l’artiste a essentiellement consacré sa recherche dans les dernières années.

De grandes images photographiées, racontées comme un journal de la mémoire, et réinventées par l’heureuse superposition de la peinture de l’artiste.

Une occasion, rare pour sa qualité visuelle, de se confronter avec une aventure créative, commencée il y a une quarantaine d’années, jamais assouvie et à la recherche continuelle de nouvelles impulsions. Une occasion dont nous sommes grés à l’artiste, à la Triennale de Milan et au Centre Culturel Français de Milan pour l’avoir rendue possible.

Gino Di Maggio

 

Le déclic

C’est bien avant ma naissance que la gesticulation a commencé, il y avait obligation de vivre, et les rires et les larmes, et le manège autour de ce petit monde maladroit qui me prenait dans ces bras le trouvant, à voix haute, joli ce bambin, très ressemblant ce visage de plus, graine d’émotion, machine infernale qui allait grandir, monstrueusement se développer, rapport à la petite bête qui se débattait encore, et selon la logique des jours, ira les enterrer tous avant d’y passer « soi-même ». […]

Extrait du texte Le déclic de François-Marie Banier

 

Citations

La photographie

J’ai toujours traqué l’inconnu chargé des étoiles invisibles à l’œil nu, espérances et regrets que la photographie exploite comme autant de mines d’or. Chaque fois, à ces anonymes pleins de sentiments qui me touchent, je tends mon chapeau — mon chapeau c’est mon appareil photo. Chacune de mes photographies répond à un intérêt précis, confus peut-être au moment ou je bondis, mais au fil du temps l’inconnu se révèle et le dialogue se déroule. […]

Extrait du texte Citations de François-Marie Banier

 

L’humanisme de François-Marie Banier
Un antidote moderne au monde global des médias artificiels et virtuels

Ouvrir un livre, regarder une exposition de François-Marie Banier est extrêmement rafraîchissant et sécurisant : même dans cette période dominée par la logique toute spectaculaire et vouée à l’extériorisation des mass médias, l’humanité continue à s’aventurer dans les rues des grandes villes et il existe encore des artistes qui aiment aller à la recherche de personnes capables d’être elles-mêmes, pour les capturer au moment où, pour une fraction de seconde, par excès d’émotion ou dans un instant de distraction, le masque et les défenses sociales tombent, faisant coïncider une physionomie, une personnalité et un destin. En effet si il est difficile d’imaginer l’humanité de façon abstraite, il nous est bien plus facile de la voir, il nous est bien plus facile de la voir se matérialiser dans un être humain singulier ; ce « lui » ou cette « elle » qui, tout à coup, dans un sourire mais aussi dans une larme ou une grimace, réussit à vivre et à manifester la promesse qui, somme toute, continue à nous tenir ensemble. […]

Extrait du texte L’humanisme de François-Marie Banier de Daniela Palazzoli

 

François-Marie Banier le primitif

Tout commence dans l’atelier, lieu secret, caché, enfoui au fond d’une cour ; ce n’est d’ailleurs pas un atelier mais un lieu de vie, de travail, d’écriture, de peinture ; tout s’y mélange et s’entasse. Chaque porte s’ouvre sur des photos accumulées, des tableaux esquissés, des œuvres en cours ou achevées, innombrables ébauches à même le sol, en attente de la prochaine séance de travail. La première impression est l’étonnement, une sensation de prolifération, d’abondance, de submersion : c’est ainsi que m’est apparu cet univers lors de ma première visite. […]

Extrait du texte François-Marie Banier le primitif de Dominique Stella

Mudima, Milan

2000
190 pages
Illustrations n&b et couleur
31 cm
Italien, anglais, français

ISBN 88-8158-286-4